• Accueil   /   
  • asso   /   
  • Hommage à Annie Prat

Hommage à Annie Prat

Les membres du SIMM's Club veulent rendre hommage à l’une des architectes de notre association. Annie Prat s’est éteinte le vendredi 6 avril 2018 à l’âge de 67 ans. Elle en était l’un des membres d’honneur et a participé à la création du SIMM’s Club en 1995.  Annie se caractérisait par son ouverture d’esprit et a permis au SIMM’s Club de voir le jour et d’être encore actif aujourd’hui.

Étant à l’époque directrice du service jeunesse de la ville de Laval, elle nous a aidé dans les méandres d’une administration ne voyant pas toujours le jeu vidéo d’un bon œil. Elle a relu, corrigé, rédigé nombres de documents sans lesquels nous n’aurions, à l'époque, pas réussi à construire l’association et obtenir des subventions et des salles pour pratiquer notre activité.

Mais elle nous a également guidée dans l’orientation de nos projets d’exposition. Son approche de la culture nous a aidé sur de nombreux évènements. Elle pensait à juste titre qu’il ne fallait pas vulgariser l’histoire et pour nous celle du jeu vidéo. Elle pensait qu’il ne fallait pas être condescendant avec le public, qu’il fallait lui donner spontanément envie d’apprendre et de comprendre. Annie pensait que le divertissement que constitue le jeu vidéo recèle de nombreuses facettes toutes très passionnantes à étudier et à montrer pour peu que l’on respecte ce medium et son public.

Elle aimait particulièrement les passionnés, car elle savait pertinemment que, guidés correctement, ceux-ci peuvent aller loin et proposer de belles choses de façon sincère, juste et sans artifices. Voici une copie du témoignage qu’elle a laissé le 16 février 2006 dans le livre d’or de l'ancienne version du site de l’association qui, à l'époque, venait à peine d’être mis en ligne :

------

Posté : 02/16/06 11:02

Bonjour

Mes félicitations aux créateurs du petit Simm's club, aujourd'hui devenu grand. Je vous raconte :

En 1995, j'étais responsable d'un service d'animation pour les adolescents. Un animateur me parle un jour d'un groupe qui voulait monter une association informatique et souhaitait de l'aide pour ses démarches. Le nom était déjà dans l'air, l'association s'appellerait le Simm's club. Je trouvais que ça ressemblait à un nom de whisky ou de cocktail, c'était louche. Et puis l'informatique, c'était vague, ils avaient l'intention de faire quoi, dans leur association informatique ? Interrogé, mon collègue, qui n'y connaissait rien mais leur faisait confiance me répond : "c'est pour faire des jeux informatiques". Je n'étais guère plus avancée et de plus en plus dubitative : les jeux ? l'informatique ? Mais c'est les jeux vidéo, ça ! Ouh la ! c'est abrutissant, sous-culturel, agaçant pour les parents, anti pédagogique et puis informatique..... c'est vite dit... ces jeux là , c'est sur des consoles qu'on branche sur la télé, pas sur un ordinateur. Peu encline à soutenir leur demande, je les ai reçus. J'ai rencontré une équipe d'allumés tout à fait persuadés que leur activité avait de l'avenir, avec des connaissances techniques que je ne risquais pas de discuter, puisque je n'en avais aucune ; je n'avais que les préjugés d'une personne quarante et quelques années.
On a décidé de tenter le coup quand même, car on avait très rarement à faire à une détermination de ce type : ils avaient quand même réussi, lors du premier entretien, à nous faire comprendre sans nous vexer que nous avions pleins de mauvais préjugés et que leur activité était plus pédagogique (eh oui ! justement....) que diabolique. Une belle leçon. le plus drôle, c'est que pour soutenir les demandes de financement, il a fallu répéter ce qu'ils nous avaient dit : à notre tour, on avait l'air d'en savoir plus que nos interlocuteurs.
Puis les garçons du Simm's club ont suivi leur route et moi la mienne. Je les vois de temps en temps dans le journal, il m'arrive de les rencontrer, c'est comme ça que l'un d'entre eux m'a annoncé la naissance de ce site. Alors, j'en profite, car je n'avais jamais eu l'occasion de leur dire, d'abord, qu'ils avaient raison : le loisir informatique a eu la poussée qu'ils m'annonçaient. Et puis que, grâce à leur discours, j'avais appris l'humilité face aux connaissances que je ne possédais pas.

Bon vent au Simm's club, que l'avenir lui soit profitable
AP

------

Annie avait l’habitude de confisquer les pad de la console de ses enfant ou de subrepticement prendre le transfo. Pour la bonne cause évidemment, il fallait faire les devoirs. Mélomane avertie, elle a découvert à l’époque, parfois au dépend de ses oreilles délicates, ce que l’on nomme aujourd’hui la chiptune et n’hésitait pas à tailler dans le vif et à dire que certaines musiques de jeux étaient répétitives et lancinantes. Toutefois, ce jugement n’était jamais définitif et elle savait montrer lorsqu’une musique lui plaisait, Castlevania, Final Fantasy ou Zelda sont parmi les thèmes qu’elle préférait. Elle ne savait pas encore que 27 ans plus tard elle entendrait l’un de ses petits-enfants rejouer à la clarinette, dans un orchestre, les thèmes les plus célèbres du jeu vidéo.

Elle a deviné à l’époque la portée du jeu vidéo et de l’informatique et elle nous a bien aidé ! Alors Annie, tous les membres du Simm’s Club te disent merci pour ce que tu as fait pour l’association. Ah oui, dernière précision, on ne cessera pas de te le répéter mais les Koopa de Super Mario Bros. ne sont pas des oies mais bel et bien des tortues ! Ah moins que ce fut ta façon à toi de te moquer de la représentation graphique des jeux de l’époque. Sacrée Annie, merci pour tout !