Master Piece of video game history

Il y a quelques jours un post sur Reddit qui s'est propager sur les forum d'AssemblerGame à remuer la petite communauté des joueurs et collectionneurs de jeu vidéo. Surtout celle qui a connue l'époque de la Super Nintendo et de l'arrivée de la Playstation lorsque Sony s'est lancé dans la conception de console de jeu.

playstation-snes-pad-2

Comme une impression de déjà-vu ?

Avant Sony, le marché était composé de plusieurs acteurs dont les 3 leaders était Nintendo, Sega et Nec (Hudson Soft). Nec fut un acteur d'importance dans le monde des consoles de jeu avec sa PC-Engine (ou Turbografx aux Royaumes Unis et aux États Unis) mais il sera surtout celui qui, en 1988, commercialisera le tout premier lecteur de CD-ROM pour console : le CD-ROM² (prononcez CD-ROM ROM). Ce lecteur de CD-ROM était une extension à brancher sur la PC-Engine. Il fallait posséder la console et acheter ce CD-ROM. A l'époque l'avantage du CD-ROM était de contenir 500 fois plus de donnés qu'une cartouche de jeu et de couter moins cher à produire. L'avantage était indéniable et tout les constructeurs se jetèrent dans la course à l’extension CD-ROM pour leur consoles respectives.

Ainsi, le CD fut plébiscité comme support et successeur aux jeux cartouche, et chaque constructeur proposa sa machine "CD". Ainsi en 1991 on vit apparaitre Sega avec le Mega-CD extention de la Megadrive et Philips avec son CDi pour ne prendre que les plus connus. Toutefois un seul constructeur manquait a l'appel : Nintendo.

Eh oui le leader Nintendo était le seul qui restait froid face à cet engouement pour le CD-ROM. D'autant plus que la Super NES était la console à succès du moment, pourquoi n'aurait-elle pas son extension CD ? En retard mais pas passif, Nintendo conclu un partenariat avec Sony à l'époque simple éditeur de jeux vidéo sous le nom de "Sony Image Soft". Arrosant la presse d'information sur son futur CD-ROM fruit d'une conception rapprochée avec Sony, Nintendo précise que l’extension CD de la Super Nintendo allait être déclinée en 2 modèles. L'un sous forme d’extension donc, se branchant sous la Super NES et l'autre sous la forme d'une console "2 en 1" incluant le CD-ROM et la Super NES.

la version extension (montage d'un fan)

la version extension pour la SNES (montage d'un fan)

Le contrat passé entre Nintendo et Sony, stipulait que Sony pouvait commercialiser ses jeux sous sa propre licence, sans passer par celle de Nintendo. Mais aussi distribuer la console version "tout en 1" sous la marque Sony. La machine était quasiment prête et fut baptisée sous un nom aujourd'hui très connu : "PlayStation". La PlayStation était donc née et il ne suffisait plus qu'a commercialiser cette nouvelle machine.

La version tout-en-un officielle sous logo Sony

La version tout-en-un officielle sous logo Sony

Mais le président de Nintendo de l'époque, Hiroshi Yamauchi, cassa le contrat avec Sony du fait d'un désaccord sur la façon de distribuer la machine sous le nom exclusif de Sony (pour la version tout en un) et de permettre la conception de jeu sans passer par la licence Nintendo. La PlayStation, le futur CD-ROM de Nintendo fut abandonné et ne vit jamais le jour, tout du moins pas sous la forme d'une extension pour la Super NES. Jusqu’à l’apparition en 1994 de la première Playstation au nom de code "PSX". La Super Nintendo ne fut jamais équipée de CD-ROM et Sony partit seul à la conquête du marché du jeu vidéo avec le succès qu'on lui connait aujourd'hui. La Playstation de Sony initialement conçue pour équiper la Super Nintendo d'un lecteur de CD-ROM, vit finalement le jour comme console de jeu a part entière : la fameuse PSX grise. Est-ce que Sony aurait connu le même succes s'il avait commercialisé cette console pour la SNES ? Je vous laisse imaginer la suite des choses...

La Playstation ou PSX telle qu'elle est connue aujourd'hui

La Playstation ou PSX telle qu'elle est connue aujourd'hui

Durant la phase de développement du projet PlaySation entre Nintendo et Sony, quelques prototypes de développement (devkit) ainsi que des prototypes "retail" (destiné à la vente) ont été conçus. On estime le nombre de prototypes "retail" produit à environs 200. Quasiment tous ont été détruit lors de la "rupture" du contrat entre Nintendo et Sony en 1992. Mais récemment, le fils d'une des personnes ayant travaillées sur le projet s'est vu remettre par son père l'un des très rares prototypes retail étant plus ou moins ce que l'on aurait acheté en magasin. Il est estimé que 5 exemplaires seraient encore en circulation dans le monde.

playstation-snes

le "St. Graal" en vrai... ou pas...

Chose étonnante cette personne n'est pas un collectionneur et visiblement ne sais pas vraiment ce qu'il a entre les mains. Une pièce maitresse de l'histoire du jeu vidéo à une période charnière où Sony a conquis le marché et changé la façon de faire des jeux vidéo (notamment passage de la 2D à la 3D).

Il tiens entre ses mains, dans sa cuisine, une machine qui attise la curiosité et les recherches depuis son annonce en 1991. Personne n'a oublié l'arlésienne du CD-ROM de la Super NES, au même titre qu'un Duke Nukem Forever ou un Shenmue. Les nombreux articles de presse, les photos officielles ou plus ou moins fantaisistes pour nourrir l'attente des joueurs. Au final, l'ironie voudra que cette console conçue entre Nintendo et Sony, soit annulée pour revoir le jour sous une marque aujourd'hui incontournable dans le jeu vidéo.

Mais personne jusqu'ici n'avait réussi à trouver ne serait-ce qu'une image du prototype retail. De nombreux collectionneurs ou amateurs d'histoire du jeu vidéo était arrivés à la conclusion que cette machine n'avait jamais existé autrement que sur les photos "mockups" des magazines de l'époque. Et C'est 25 ans après que le twist final fait son apparition dans les mains d'un illustre inconnu. Le sujet est tellement brulant que de nombreuses personnes crient au fake et attendent d'avoir plus de détails pour confirmer ou pas l’authenticité de l'objet.

Quoi qu'il en soit, si la console est authentifiée ce sera un page de l'histoire qui se fermera qui aura tenue en haleine et alimentée de nombreuses rumeurs. Pour l'heure un ex développeur de Sony ImageSoft (Brian) présent sur AssemblerGame qualifie la bête comme authentique. Il était l'un des détenteurs d'un prototype de développement. Une autre photo tirée d'un manuel technique de l'époque montre le design définitif qui correspond à la console retrouvée. Si tout ceci est vrai, c'est sans doute l'histoire la plus importante du jeu vidéo qui se conclue enfin... enfin c'est vite dit, reste a voir les entrailles de la bête 😉

playstation-snes-back